Mots-clés

, , , , , , , ,

Il s’en est allé.  Comme s’en vont les oiseaux migrateurs à l’approche de l’hiver. Dans une longue course de préparation il a pris son temps, comme pour mieux s’élever, pour aller le plus haut possible, afin de rejoindre le pays des verts pâturages éternels, là d’où l’on ne revient pas. Quelque part dans les monts auvergnats, la nature sourit. Et les passereaux tournoient dans une dernière danse, accueillant avec joie sa venue soudaine. Peut-être même qu’ils lui chantent une ode sur un air de polka russe. Aile contre aile, ils dansent, comme des camarades réchappés d’une quelconque guerre, se racontant les souvenirs déjà lointains et soudains devenus légers. Puis dans un mouvement uniforme un souffle de vent les emporte. Le silence s’est installé. Les petits points qu’ils forment à présent disparaissent un à un. Ne subsiste plus bientôt qu’une trace légère, comme celle d’un pinceau très fin qui aurait écrit « au revoir ».
Dans le ciel scintillant au soir venu, une étoile de plus s’est allumée.

A mon père. Puisses-tu reposer à présent dans la beauté des choses…

About these ads